Nous sommes rentrés dans la saison du printemps, associée avec le renouveau et le changement. Les bourgeons s’ouvrent, les oisillons prennent leur envol, les chenilles deviennent papillons…

J’aime l’expression “nettoyage de printemps” que je trouve très juste : faire place à de nouveaux espaces en nettoyant ceux qui sont encombrés, dépoussiérer afin que la luminosité puisse se propager dans notre intérieur, dans notre vie.

Le printemps est également associé au dicton “En avril, ne te découvre pas d’un fil”, où l’on nous conseille de rester bien couverts pour ne pas prendre le risque de nous enrhumer, conseil prudent soit, mais qui ne doit pas nous inciter à être trop frileux dans nos vies aussi.

 

En avril découvre-toi d'un fil

 

À quoi est due cette “frilosité” ? Personnellement je pense qu’elle est liée à deux facteurs : la peur du changement et la peur de s’impliquer, de s’engager.

La plupart des personnes font tout pour ne pas s’enrhumer ! Quand la météo montre des températures pouvant perturber ,otre équilibre, nous évitons de sortir ou bien nous prenons bien soin de nous couvrir avant de nous aventurer.

Dans la vie nous sommes pareils. Quand nous sommes face à une situation qui pourrait nous chambouler ou nous perturber, nous créons des résistances et nous avons le réflexe de nous protéger.

Figurez-vous que plusieurs personnes m’ont avoué avoir acheté le livre WAKE UP mais ne pas oser continuer à le lire car elles avaient peur d’affronter les questions qui sont posées dans le livre. J’écris aujourd’hui cet article pour vous dire que c’est normal !

Si vous êtes normalement constitué, vous ferez tout pour ne pas changer votre fragile équilibre. Même si nous sentons que nous passons à côté de quelque chose d’important dans notre vie, nous avons peur de nous remettre en question – de tenter quelque chose de nouveau – de faire des choix – de poser des actes qui souvent nous obligent à abandonner ce qui, bien que parfois insatisfaisant, a le mérite de nous être confortablement familier. Ne pas sortir d’une relation dans laquelle nous ne nous épanouissons pas, ne pas engager de coach, ne pas s’inscrire à un programme de développement personnel…

Il est facile de trouver des excuses valables pour rester conforme à ce que nous connaissons, à l’image que nous avons de nous-même, au rôle que nous avons l’habitude d’occuper vis-à-vis de ceux qui nous entourent.

La résistance à se remettre en question est bien souvent ancrée depuis l’enfance. Beaucoup d’entre nous ont été élevés avec la notion qu’il ne fallait pas faire de vagues, ne pas prendre de risque, ne pas faire de bruit… et petit à petit nous sommes rentrés dans le moule de la conformité. Après avoir consacré tant de temps et d’efforts pour rentrer dans ce moule, ce moule ne nous convient plus toujours, il n’a plus la bonne taille, la bonne forme… il est trop étroit. Malgré cela, nous avons pris l’habitude de rester bien au chaud dans notre cocon (même si ce cocon nous étouffe).

J’ai moi-même été confrontée à ce challenge plusieurs fois dans ma vie.

La première fois, lorsque mon mari m’a demandé de quitter la France pour venir nous installer aux Etats-Unis. Cela impliquait quitter ma famille, mes amis, un emploi dans lequel je progressais. Ce n’était pas évident de prendre mon envol, de sortir des rails d’une carrière qui petit à petit se traçait.

La deuxième fois fut lors d’un séminaire sur l’affirmation de soi et l’entreprenariat à San Diego, durant lequel je me suis sentie chamboulée et désorientée par les exercices que les coachs me proposaient. J’ai d’ailleurs tenté avec ardeur de résister à ce qui était en train d’émerger. J’ai voulu fausser les réponses aux questions que j’étais invitée à me poser afin qu’elles soient alignées avec l’idée préconçue de la vie que je voulais me créer. Je raconte mon expérience en détail dans cet article.

Lors de mon dernier programme WAKE UP plusieurs participants m’ont dit à quel point c’était de l’ordre de l’exploit qu’ils soient là. Certaines personnes reconnaissaient avoir voulu se saboter. D’abord en prenant l’excuse de l’argent (c’est trop cher, c’est pour ceux qui ont plus d’argent de côté), ensuite en reculant chaque jour la date fatidique de l’inscription (des personnes règlent par chèque et oublient de mettre un timbre sur l’enveloppe …). Certains, déjà inscrits, ont avoué avoir sérieusement envisagé l’idée de ne pas venir à la dernière minute même s’ils avaient passé le délai pour se faire rembourser ! Ils préféraient perdre leur argent – cet argent qu’initialement ils ne pensaient pas pouvoir se permettre d’investir – plutôt que de devoir vivre la transformation que le programme proposait !

Je vous parle de WAKE UP en tant qu’exemple. Peut être est-ce d’une autre forme d’accompagnement dont vous avez besoin pour avancer sur le chemin de votre vie ? Ce qui est intéressant, c’est de vous observer et d’oser regarder en face vos mécanismes de résistance.

Cette transformation qu’est le développement personnel n’est pas nécessairement un changement radical ou définitif. Quand on essaie de s’écouter et de s’honorer, on ne peut pas se tromper, car finalement il n’y a pas un seul choix, une seule voie, il y a un chemin que nous prenons chaque jour, et sur lequel nous pouvons bifurquer au fil de nos enseignements et de nos expériences. C’est un chemin inné sur lequel nous avançons à notre rythme et, quoiqu’il arrive, c’est toujours nous qui avons le dernier mot et qui le rendons parfait ! Ayez l’audace de vivre cette aventure de la découverte de vous-même et des opportunités que la vie vous donne. Engagez-vous à ne pas être frileux et à oser vous aventurer sur ce chemin. C’est un terrain de jeux sur lequel vous méritez de jouer !

Alors durant ce mois d’avril, si vous vous découvriez d’un fil ?

 

Téléchargez gratuitement le KIT WAKE UP et retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !