Emmanuelle de Pétigny / Alterm (Français)

//Emmanuelle de Pétigny / Alterm (Français)
Emmanuelle de Pétigny / Alterm (Français) 2011-05-10T05:43:00+00:00

Ce mois-ci nous avons le grand plaisir d’inaugurer cette nouvelle section « Spotlight » en acceuillant notre toute première invitée experte EMMANUELLE DE PETIGNY qui assume son expertise et qui partage avec nous son parcours.

Entrepreneure: Emmanuelle de Pétigny
Société : Alterm, tisseur de liens
Website: http://www.alterm.fr

Alterm, créée par Emmanuelle de Pétigny, est une société de conseil en mécénat et partenariats. Elle accompagne entreprises et associations pour les aider à tisser des liens, afin de travailler ensemble sur des projets innovants et créatifs, porteurs de sens et de valeurs communes, au coeur d’un territoire.”


Quelle est l’origine et quel est le concept derrière votre société “Alterm” ? Pourquoi cette belle métaphore ”tisseur de liens” ? _
Economiste de formation, j’ai toujours souhaité me tourner vers le monde de la culture (ma spécialisation en 5e année). Je suis d’abord passée par celui de la communication, en agence, puis en entreprise. Cela m’a permis de comprendre ce qu’était une communication d’entreprise, les attentes en la matière, notamment en termes de communication interne. C’est un domaine qui me passionne car il remet l’humain au coeur de l’entreprise.

Puis, j’ai eu envie de de voler de mes propres ailes, de mettre à profit mon expertise en communication en revenant à mes premières amours : la culture. Mais ma dernière expérience en entreprise, en particulier le secteur industriel, m’avait également conquise, je souhaitais y garder un pied. Et là, un article d’un hebdomadaire culturel a fait tilt ! Il portait sur le mécénat et son développement pour les grandes structures culturelles, mais aussi pour les plus petites et son importance pour la culture en région.
C’était cela le pont, le lien entre ces deux mondes : le mécénat !_J’avais la base de ce que je souhaitais faire : aider à créer ces liens grâce à mon expérience en entreprise et ma bonne connaissance des associations.

Dans Entrepreneuses Mag on lit : “Emmanuelle de Pétigny fait rimer profession et passion pour donner plus de sens à ses projets et à ceux de ses clients” Profession et passion ? Innovation, créativité, sens, valeurs… Pourriez-vous nous en dire davantage ?

Quand je prends une mission d’accompagnement d’une démarche de mécénat, c’est parce que je crois au projet et que, pour moi, il apporte plus de sens à la société d’aujourd’hui. Pour aborder la mission, j’ai besoin de m’imprégner de la passion des acteurs du projet, même si ce sont eux qui transmettront le mieux cette passion aux entreprises. Je suis là pour la traduire en mots professionnels et adéquats afin de la transmettre, et de faire que le lien se crée. Quand je travaille pour une entreprise, j’ai aussi besoin de comprendre les passions qui animent l’entreprise (passion du métier, du client, des hommes qui font l’entreprise) pour trouver le projet qui va correspondre le mieux à cette passion.

Oui, j’aime bien parler de valeurs et de sens, car pour moi, une relation ne peut se construire entre une entreprise et une association que si elles partagent des valeurs, comme celles autour d’un métier ou de l’importance du développement durable par exemple. Si des valeurs communes existent, alors là le projet de partenariat ou de mécénat prend tout son sens !

Innovation et créativité sont, je trouve, deux notions importantes pour une démarche de mécénat. En effet, une entreprise pour se développer doit faire preuve d’innovation et de créativité pour trouver de nouveaux produits, de nouveaux marchés… Et une association, avec souvent peu de moyens, fait preuve d’une créativité réelle pour mettre en oeuvre ses projets, qu’ils soient solidaires, culturels, environnementaux. La rencontre entre les deux est souvent l’occasion de confronter des pratiques, en particulier dans le cadre d’un mécénat de compétences auquel je crois beaucoup. Dans ce cas, un salarié est mis à disposition par l’entreprise pour aider l’association sur une mission précise (informatique, comptabilité, communication, technique…). Tout le monde y gagne : le salarié qui se sent utile et engrange de nouvelles compétences, l’entreprise qui voit son salarié revenir avec de nouvelles méthodes ou idées, et l’association qui peut développer ses projets plus facilement !

Les arts jouent-ils un grand rôle dans votre vie?
Oui, avec un papa qui était professeur de maths et de dessin, et une maman qui avait fait les beaux-arts, nous avions beaucoup de livres d’art à la maison, de toute période ou de tout style. Je me souviens les avoir régulièrement feuilletés. J’aime beaucoup la photographie avec une préférence pour la photo humaniste avec des gens comme Willy Ronis ou Henri-Cartier Bresson._Les sculptures de Pompon ou de Brancusi m’émeuvent par leur simplicité._J’ai besoin d’être émue par une oeuvre, quelle qu’elle soit, mode, peinture, musique… et même paysage !

Je me souviens d’une histoire que j’avais lue quand j’étais petite, un polar qui tournait autour d’un tableau volé de Fra Angelico. J’avais beaucoup aimé cette histoire. Et il y a une douzaine d’années, je suis allée à Florence visiter le musée Fra Angelico, une merveille avec des peintures dans les cellules des moines. Et je me souviens de mon coup au coeur, de mon émotion quand à la fin de la visite, je suis tombée sur le tableau en question ! En bout de mur, tout petit ! Depuis, la carte postale représentant le tableau est au-dessus de mon bureau.

Pour moi, l’art est du bonheur à l’état pur car il rend gai, il apprend, il interroge… Il construit !

Et si c’était à refaire… Si vous saviez ce que vous savez aujourd’hui… qu’auriez-vous fait autrement ces deux dernières années ?
Je crois que je serais allée plus vite au-delà de mes peurs car quand on y croit, c’est possible, même si au départ on a peur. Je crois aussi que je n’aurais pas hésité aussi longtemps à aller demander un coup de main, un conseil pour avancer sur mon projet. Quand c’est demandé avec humilité et ouverture, les gens sont souvent heureux de parler de leur expérience, de donner un conseil, un coup de pouce. Et se dire aussi que nous pouvons tous être utiles, apporter notre pierre à l’édifice, et qu’il ne faut pas hésiter à sauter le pas.

Quelle a été l’une des leçons les plus importantes pour vivre et assumer pleinement votre expertise ?_
Me dire que je suis tout à fait capable de mener à bien mes projets, tout aussi capable que n’importe qui. J’ai des compétences et je sais les mettre en oeuvre pour aider mes clients à arriver à leurs objectifs.

Des conseils à nos lectrices qui elles aussi rêvent de “voler de leurs propres ailes” en entreprise ?
Aller au-delà de vos peurs, ne pas les considérer comme des montagnes (ce que je faisais souvent… avant de travailler avec Christine)._Entourez-vous de gens qui vous aiment, qui vous portent, qui vous soutiennent. C’est un vrai booster ! N’hésitez pas à parler de votre projet, de vos interrogations. Parfois, le coup de pouce arrive alors qu’on ne l’attend pas !

Votre plus belle réussite ?
Le fait de pouvoir maintenant allier le mieux possible vie de femme, de maman, d’épouse. Je ne dis pas que je réussis à tous les coups, loin de là, mais je me sens plus sereine par rapport aux choix que je fais.

Avez-vous une devise (ou un dicton) personnelle ou professionnelle à laquelle vous tenez ?
En fait, plusieurs me tiennent à coeur._L’une plus personnelle qui m’a été transmise par une ancienne collègue, le jour de mon départ avant de créer Alterm. C’est une citation bouddhiste : “Si nous allons dans la bonne direction, tout ce qu’il nous reste à faire, c’est de continuer.”. Elle est toute simple, mais elle fait référence au fait d’assumer ses choix, et elle m’a beaucoup touchée à l’époque. Et sinon, deux autres plus professionnelles : Winston Churchill : « We make a living by what we get, but we make a life by what we give » (« On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne.»)._Et Claude Lévi-Strauss : “Il y a bien plus dans l’échange que de choses échangées”._Elles portent toutes les deux des valeurs de partage qui sont, pour moi, le fondement de la société de demain.

Et puis, un dernier clin d’oeil à une amie très chère qui m’a dit un jour : “Colle un post-it au-dessus de ton bureau, sur lequel tu écris “Je me fais confiance et je lâche prise”. Depuis ce moment, il n’y a pas une journée où je ne regarde ces mots. Petit clin d’oeil à Stéphanie au passage…

Merci Emmanuelle!

Alterm

Emmanuelle de Pétigny - Alterm, France


http://www.alterm.fr
twitter.com/altermfrance

Propos recueillis par O Coaching Team
GSG/2011