Mes 5 plus grosses peurs

Vous qui me suivez depuis quelque temps savez que mon ambition fait partie intégrale de ma vie. Ambition de réussir dans la voie professionnelle que je me suis tracée, ambition de créer une réalité qui me convienne pleinement dans ma vie privée, et surtout ambition de contribuer à l’humanité. Peut-être faites-vous partie de ceux qui pensent que c’est facile pour moi, que tout me réussit et que j’ai de la chance. Peut-être pensez-vous que j’ai des super-pouvoirs qui me permettent de me dépasser. Oui c’est vrai j’ai des super-pouvoirs … comme vous si vous osez les révéler !

Mais aujourd’hui ce n’est pas de ces super-pouvoirs dont j’ai envie de parler. Je souhaite partager avec vous mes doutes, mes peurs et tous les fantômes qui hantent ma vie. Je lève le rideau sur ma propre vulnérabilité car j’ai confiance en votre bienveillance. Mon objectif est de vous donner des pistes en espérant vous aider à ne pas laisser vos propres peurs et doutes déterminer votre destinée.   

Mes 5 plus grosses peurs...brouillon-5

Voici donc mes 5 plus grosses peurs sur le chemin de la réussite.

  • 1. Une de mes plus grandes peurs est la peur du jugement des autres. Souvent confrontée à une crise de légitimité, je me sens angoissée par l’idée d’être humiliée ou jugée médiocre aux yeux de tous. Ma petite voix rabat-joie me dit “Qui suis-je pour prétendre que mon idée ait de la valeur ?” ou “je ne suis pas légitime pour faire ceci ou dire cela” ou bien “d’autres l’ont déjà fait avant toi et mieux que toi alors pourquoi te donner de la peine ?”. C’est peut-être dur à croire mais je suis souvent bloquée par la peur que tout le monde pense que finalement je ne suis pas si intelligente que cela et que l’on me relègue au rang des “wanna be” ou des “usurpateurs”.

Pour m’aider à dompter cette voix rabat-joie je me dis que l’important est de mettre mon attention sur le retour de mes lecteurs et de mes clients. Si eux me disent que je les aide, si eux me disent que ce que j’exprime leur parle, si eux me disent qu’ils ont envie d’aller plus loin avec moi, si eux me poussent à aborder de nouveaux sujets et si moi aussi j’en ai envie… alors je ne peux pas me tromper. Je ne peux pas prédire à l’avance où cela me mènera mais ce qui compte c’est que j’ai l’audace d’honorer ce qui a envie d’émerger et que je me donne les moyens de mettre en oeuvre mes idées quoique les autres risquent d’en penser.

  • 2. J’ai souvent peur que mon ambition soit trop influencée par mon ego – peur que cette soif de me dépasser soit animée par un désir d’attention et qu’au final ma quête de contribution ne soit finalement qu’une illusion. Ai-je envie de contribuer au monde ou ai-je envie de contribuer à mon image ?  Est-ce que je veux vraiment “vivre ma vie comme une vocation” ou suis-je en train de me convaincre que je me rends utile alors qu’en fait je suis en train de justifier le désir de mon ego d’être “spéciale” ?  Voilà des questions riches à explorer et qui peuvent me permettre de faire des ajustements précieux dans ma vie, n’est-ce pas ?                                       

En regardant en face cette peur j’ai pris conscience que ambition et ego sont probablement indissociables. Mon ego est satisfait quand je réussis mais une réussite qui ne créerait pas d’impact autour de moi serait bien limitée et ne m’apporterait pas la même satisfaction. J’ai finalement appris à faire la paix avec mon ego, à l’accepter tout en m’assurant que ma vision aille au-delà de son expression. Mon ego est un attribut tant qu’il me donne l’audace de me dépasser, de me libérer de mes limitations et d’accéder aux riches opportunités que la vie m’offre pour contribuer et poser ma petite pierre à l’édifice d’un monde meilleur.

  • 3. J’ai peur que mon idée “brillante” soit en fait trop grande pour moi et que j’en perde la maîtrise ! Que cela me demande trop de travail, que le projet me dépasse et que je devienne incompétente pour le gérer, que je m’engage dans quelque chose que je ne saurai pas tenir dans la durée financièrement et personnellement. Peur de perdre le contrôle et de créer un chaos.

Pour ne pas rester paralysée dans cette impasse j’ai appris à cultiver ce qui “résonne” en moi tout en me donnant aussi la permission de le garder “raisonnable” en fonction de ma réalité du moment. J’apprends à avancer patiemment mais sûrement et j’ai alors le temps de grandir, d’apprendre et d’évoluer avec mes projets qui prennent forme. Je veux écrire un nouveau livre en français tout en développant une plateforme aux US et trouver un éditeur pour que mes écrits soient disponibles en anglais. Je veux lancer un nouveau programme de retraite tout en rendant mon travail plus accessible grâce aux technologies de l’internet. Je veux toucher la vie de milliers de gens dans le monde entier pour les aider à entreprendre leur vie et se servir de leur travail pour s’épanouir et contribuer. J’ai plein de projets qui sont parfois TRÈS grands et TRÈS concrets ! Beaucoup d’idées qui résonnent mais qui prennent du temps à mettre en œuvre et qui me demandent de prioriser pour avancer à petits pas – parfois plus lentement que j’aimerais –  tout en gardant ma vision. Ainsi je peux créer un certain momentum tout en continuant à privilégier ma vie familiale et à honorer mes rendez-vous réguliers avec moi-même pour prendre soin de ma source. J’ai aussi appris à m’entourer d’une équipe brillante et professionnelle qui contribue largement à donner des ailes à mes  idées.

  • 4. J’ai aussi parfois peur de l’intensité de mon engagement et de ma détermination. Je me mets souvent la pression et je me dis que je dois à tout prix mettre en œuvre mes idées si je veux cultiver une vie passionnante et engagée. J’ai peur que l’immobilité rende ma vie ennuyante et ennuyeuse et je me mets des ultimatums pour les mauvaises raisons.

Ce qui m’aide avec cette peur est de me souvenir que la vie est avec moi et non pas contre moi ! Je n’ai pas “besoin” d’accomplir quoi que ce soit pour mériter une vie heureuse ! Je peux vivre ma vie au rythme qui me convient, en alternant des périodes de latence et des périodes de dépassement. Ma vie est riche en elle-même ! À moi de saisir l’intensité de toutes ses subtilités pour la savourer pleinement.

  • 5. Ma dernière peur paradoxalement est celle de la réussite ! J’ai peur qu’en m’élevant je perde mes repères. J’ai peur de ne plus être disponible pour ceux que j’aime le plus au monde, j’ai peur que mes proches prennent leurs distances, qu’ils ne me reconnaissent pas, que ma réussite dérange. J’ai envie d’avancer plus, d’amener mon travail plus loin mais je ressens des résistances profondes par peur de ne plus être aimée, de tout déséquilibrer : ma réussite actuelle, mon équilibre de vie, mes relations avec mes proches. J’ai peur du changement qui pourrait être induit par mon prochain niveau de réussite.   

Pour contrecarrer cette peur et me sentir “alignée” avec ma réussite et pour pouvoir pleinement l’assumer, j’ai compris qu’il est important que je développe mon humilité. J’ai appris que j’ai le droit d’être engagée pleinement sur le chemin de la réussite tout en m’assurant qu’à aucun moment je ne prétende être meilleure que qui que ce soit dans ce monde. Je peux me donner la permission de rayonner sur la vie de tout mon être avec ma brillance sans avoir besoin pour cela de masquer mes imperfections. J’ai aussi appris l’importance de cultiver de riches rapports humains avec ceux qui m’entourent dans cette belle aventure : ma famille, mon équipe, mes lecteurs, les participants de mes séminaires et aussi toutes les personnes merveilleuses qui ont l’audace de se servir de leur travail pour donner forme au monde de DEMAIN. Cette richesse humaine est mon ancrage. C’est elle qui me rappelle la raison de cette réussite et qui me permet de garder le cap sur ma mission et sur ce qui est vraiment important sur mon chemin.

Me projeter dans des scénarios catastrophes futurs est le meilleur moyen de donner du pouvoir à ces fantômes. J’ai finalement compris avec le temps que toutes ces peurs disparaissent dès que je m’ancre dans le présent. Ce qui est important est que j’agisse à la hauteur de ce qui est devant moi… maintenant ! Si je pose chaque jour la JUSTE pierre à mon édifice, je suis sur le JUSTE chemin. J’ai alors confiance que je parviendrai à grandir et à évoluer AVEC mes projets.

Téléchargez gratuitement le KIT WAKE UP et retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

 

2 Commentaires

  1. david 9 septembre 2016 à 5 h 49 min

    Merci Christine pour ce témoignage et cet éclairage très intéressant sur quelque chose que l’on a tous en commun.
    Pour ma part, j’ai appris à apprivoiser mes peurs en comprenant que c’est finalement un signal bienveillant et que, comme le dit bien Jack Canfield : “Tout ce que vous désirez est de l’autre côté de la peur”.

  2. bealls in store coupons 11 mai 2017 à 5 h 01 min

    no puedo creer k haya estado 4 minutos viendo como te comes un platano…realmente original

Laisser un commentaire