Journées d’hiver… Je cultive ma lumière

Le 22 décembre c’est le solstice d’hiver, le jour le plus court de l’année.

“Soyons la lumière que nous voulons voir dans le monde.”

Ceux et celles qui me lisent depuis quelques temps savent que c’est une de mes citations préférées.

Même en Californie où nous sommes comblés par le soleil, il est fréquent de ressentir une baisse de moral et d’énergie lorsque les journées raccourcissent.

Alors comment continuer à porter cette luminosité intérieure lorsque le monde autour de nous s’assombrit ?

Lorsque j’étais en France récemment, j’ai passé beaucoup de journées comme certains d’entre vous sans voir le soleil.

Pourtant j’ai pu continuer à aller de l’avant et à me sentir dynamique au quotidien. L’énergie porteuse, la chaleur humaine de ceux et celles que j’y ai rencontrés est pour une grande part responsable de cette luminosité intérieure que je tiens à cultiver.

Avez-vous remarqué que même s’il fait un temps de “cochon”, il suffit d’une bonne nouvelle, d’un éclat de rire, d’une attention pour se sentir aussi bien (ou même mieux) que si l’on était sur une plage au soleil ?

En France, j’ai pu rencontrer des hommes et des femmes qui choisissent de faire la différence au quotidien dans leur vie. En appliquant les techniques de la “non râlerie” dans leurs entreprises, en choisissant d’oser être brillant(es), en choisissant de s’impliquer de façon positive dans leur travail et leur communauté.

J’aimerais aussi partager avec vous quelques pépites personnelles qui m’aident à cultiver la lumière dans mon quotidien, qu’il y en ait à l’extérieur ou pas.

Depuis mon challenge de 21 Jours “Méditer, s’asseoir avant d’agir”, je cultive la discipline de trouver un petit moment chaque jour pour me poser avec mon souffle et cultiver le calme en moi.

  • Je pratique la “minute de méditation”, ce “truc” dont nous parle si bien Michel Pascal est d’autant plus important lorsque l’on se retrouve coincé comme une sardine dans le métro, que les gens autour de nous râlent parce que leur train est en retard, que l’on attend 30 minutes dans le froid à la caisse d’un supermarché… cette capacité à s’arrêter, à prendre une respiration pour se {re}centrer et {re}choisir comment nous voulons vivre une situation qui peut être stressante ou frustrante m’a bien aidée quand je me suis retrouvée à 21h dans un centre commercial bondé à essayer de trouver un petit cadeau à mettre sous le sapin pour chacun des membres de ma famille !
  • Pour activer mes endorphines, les hormones du bien-être, j’emporte toujours avec moi, partout où je vais, mon legging de sport et mes tennis. Je saisis toutes les occasions de marcher, courir et danser ! Chaque fois que je le peux je choisis de grimper des escaliers. Pour aller au bureau je favorise toujours le vélo. Et si le temps est trop mausade et que je n’ai pas le courage de sortir de chez moi, je peux toujours suivre un cours de yoga en ligne sur mon ordinateur ou l’écran de télévision du salon.
  • Pour que mon moral reste au beau fixe j’ai aussi pris la décision, il y a maintenant plusieurs années, de reprendre le contrôle de ce qui rentrait dans mon champ de conscience. J’ai arrêté de me laisser gaver de drames, de polémiques et de mauvaises nouvelles. J’ai sélectionné des médias qui me nourrissent et me donnent envie de comprendre et d’agir dans ce monde et j’ai mis au placard ceux qui cultivent la peur, le manque et la méfiance. Chez nous, plus de télévision depuis maintenant 10 ans. Nous favorisons les journaux hebdomadaires qui ont plus de recul et d’analyse plutôt que des médias quotidiens qui font la course aux scoops et aux scandales. J’aime aussi lire des livres qui m’inspirent ou regarder des conférences ou documentaires remplis d’espoir comme DEMAIN. Choisir ce qui rentre dans mon champ de conscience c’est aussi choisir les conversations que je veux nourrir avec les personnes qui m’entourent (et parfois aussi choisir les personnes avec qui j’ai envie de cultiver ces conversations). Le ciel est toujours bleu quand on est entouré de personnes qui nous donnent des ailes plutôt que de personnes qui nous coupent les pattes.

Et vous que faites-vous pour cultiver votre luminosité ?

Si vous vous sentez tout particulièrement affecté par le manque de luminosité de l’hiver, je vous recommande cet article rempli de pépites sur l’influence de la lumière sur notre santé, il nous propose des solutions concrètes pour traverser les longs mois d’hiver.

Je vous invite aussi à démarrer 2017 en baignant dansl la luminosité ! Et si vous me retrouviez du 12 au 16 janvier dans la vallée ensoleillée de Ojai en Californie pour ma prochaine {retraite}WAKE UP … c’est un peu n’importe quoi, mais dans le fond pourquoi pas ?

 

Aucun commentaire

  1. […] Source : Journées d’hiver… Je cultive ma lumière […]

  2. DIDIER CELISET 22 décembre 2015 à 14 h 00 min

    Reblogged this on La tentation d'écrire and commented:
    Méditer donne un sens à la vie, n’est-ce pas !

Laisser un commentaire